LECON 2 : fondements et fragilités de la puissance économique des EU

ll s'agit de faire un  paragraphe argumenté à partir de l'étude des documents faite en cours. Le plan reprend une structure très classique (agriculture, industrie, tertiaire) mais essaie de reprendre les principales infos posées dans le tableau.

Les Etats-Unis s'imposent aujourd'hui comme la première puissance économique du monde. Voyons dans quelle mesure cela est vérifiable.

Si l'agriculture n'occupe que 2 % de la population active et ne représente que 2.5 %du  PIB, les EU sont considérés comme le grenier du monde et ils représentent 20 % du commerce agricole mondial. Il s'appuie sur un espace considérable dont le coeur est cosntitué par les grandes plaines (à situer sur la carte) et profite de climats divers (les cultures du soleil comm les pamplemousses de Floride). L'agriculture étatasunienne se distingue surtout par une technologie avancée pour gagner en productivité. L'agriculture travaille en effet main dans la main avec l'industrie : on parle d'agro-industrie et d'agrobusiness. Les laboratoires fournissent des semences sélectionnées ou transgéniques (maïs, soja…), des systèmes d'irrigation perfectionnés... L'agrobusiness est entraîné par de puissantes multinationales comme Coca- Cola. Des déséquilibres écologiques menacent toutefois le territoire : les sols et les nappes phréatiques s'épuisent ; les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) très répandus peuvent se révéler nocifs à terme.

Les EU sont aussi la première puissance industrielle : ils produisent le ¼ de la production mondiale. 6 des 10 premières entreprises mondiales sont américaines. L'industrie représente 22 %  du PIB. Elle a su se renouveler fortement en investissant dans les nouvelles technologies comme l'aéronautique  (Boeing) , l'aérospatiale, l'informatique (internet, invention des EU Microsoft, IBM, Google), les biotechnologies... La manufacturing belt  du Nord-Est (ou centre décisionnel - à placer sur la carte) représente encore 40 % de la production industrielle, mais sa part baisse car on observe une délocalisation industrielle vers le sud et la Sun Belt (à placer sur la carte). Cet espace est très dynamique car il attire les industries de pointe dans des technopôles près des universités (la Silicon Valley près de Stanford, Califormnie), il bénéficie de l' héliotropisme ( l'attrait du soleil ) et de la proximité du marché Pacifique, le plus dynamique du monde. Enfin, la Sun Belt est également attractive en raison des salaires moins élevés des hispaniques ou des ouvriers des maquiladoras mexicaines. Les maquiladoras sont des usines installées à la frontière côté mexicain dans des zones franches. En investissant au Mexique qui appartient à l'ALENA (Accord de Libre Echange  Nord Américain), les entreprises nord américaines bénéficient du faible coût de la main-d'œuvre. Le coût du travail est 6 fois moindre au Mexique qu'aux Etats Unis, 11 fois moindre dans les maquiladoras.

Le développement économique des E.-U. dépend plus aujourd’hui des services (secteur tertiaire) que des industries (secteur secondaire). Les services (commerce, banque, publicité, marketing, tourisme…) emploient en effet 3 Américains sur 4. Cette tertiarisation des emplois renforce le poids des villes, et notamment des CBD, lieu de concentration des emplois de service. Ces quartiers d'affaires peuvent avoir une influence mondiale (bourses de NY et de Chicago (pour fixer le prix des denrées agricoles). Les EU sont la deuxième destination touristique mondiale. Les EU commercent avec le monde entier, même si l'essentiel des échanges s'effectuent avec les pays de l'ALENA, d'Europe et d'Asie de l'est. Le secteur commercial peut là encore compter sur des multinationales très puissante, comme Wall-Mart, la première entreprise mondiale, leader de la grande distribution. Mais les échanges peuvent se révéler très inégaux. C'est le cas avec la Chine, pays avec lequel la balance commerciale est très déficitaire. La dépendance pétrolière est aussi un handicap, car les principales zones d'importation sont situées dans un Moyen-Orient très fragilisé.

Première puissance agricole, industrielle, tertiaire du monde, rien ne semble pouvoir arrêter le colosse étatsunien. Cette domination recèle toutefois des disparités spatiales (tout le territoire n'est pas aussi dynamique) et sociales, car le nombre de travailleurs pauvres (personne travaillant mais restant sous le seuil de pauvreté) est élevé.