Leçon 2 : Pourquoi les Français citent-ils de Gaulle

comme un « héros » encore aujourd’hui ?

Bien sûr il a lancé l’appel du 18 juin 1940 proposant la résistance à l’Allemagne. Mais son action à la tête de la France entre 1958 et 1969 a aussi marqué les esprits.

I.       De Gaulle devient le fondateur et le premier président de la Vème république.

Nommé président du conseil, De Gaulle obtient les pleins pouvoirs constitutionnels le 1er juin 1958 et la 5ème République est proclamée le 4 octobre après REFERENDUM.

Travail sur l'adoption de la constitution distribué en cours.

Les pouvoirs du pouvoirs du président sont très étendus. (Cf le cours sur les institutions chapitre 16). Il peut même, selon l’article 16, en cas de crises graves disposer des pleins pouvoirs au cours d’une durée limitée. (De Gaulle, du 23 Avril au 29 Septembre 1961, au moment du putsch des généraux à Alger).

Par ailleurs, Le président de la république représente la France à l’étranger. Il négocie et signe les traités internationaux.

II.                De Gaulle a œuvré pour que la France retrouve sa « grandeur ».

Résolution de la crise coloniale en Algérie & en Afrique Noire avec laquelle la France entame une politique de COOPERATION (ce qui préserve une partie des intérêts de la France en Afrique).

Lire le texte distribué (voir Doc. Photo) : discours radio-télévisé de 1965 : les conditions de l’indépendance.

Soulignez toutes les conditions nécessaires pour que la France soit « indépendante ».

L’indépendance de la France, sa « grandeur » sont les objectifs du Général qui se faisait « une certaine idée de la France ». Cet objectif passe par :

·        Poursuite de la politique de rapprochement européen avec un accent mis sur le rapprochement franco-allemand, « couple moteur » de la construction. En 1963, il signe avec le chancelier Adenauer un traité de coopération. Il refuse par contre à deux reprises l’entrée de la GB dans l’Europe, accusée d’être le « cheval de Troie » des Américains.

·        Alliance critique vis-à-vis des EU : il se dit leur allié mais ne se gêne pas pour les critiquer : ouverture vers les pays de l’est (reconnaissance de la Chine, voyages dans le bloc soviétique…) ; discours de Pnomh Pen (1965) contre la guerre au Vietnam…

·        Une politique de défense autonome : La France se retire du commandement militaire de l’OTAN en 1966 et développe sa 1ère bombe atomique en 1960.

·        Politique éco visant à dvper des « champions nationaux » (Bull en informatique contre IBM) le « franc fort »  en 1959.

III.             L’usure du pouvoir gaulliste.

En 1965, Mitterrand conduit de Gaulle à un second tour auxpremière élections présidentielles au SU. Mais la contestation la plus grave sera celle de la crise de Mai 1968.

Analyse des affiches de Mai 1968 (voir Doc. Photo) : Quelles critiques sont émises par ces affiches contre de Gaulle ?

·        Mai 1968 : une contestation sociale (Accords de Grenelle), une contestation sociétale et culturelle exprimée par une jeunesse qui conteste les différentes autorités, veut libéraliser la société (plus de droits pour les femmes, plus de liberté d’expression…), une contestation du pouvoir personnel de Gaulle. Le pouvoir gaulliste réussit malgré tout à retourner la situation en sa faveur.

·        Contestation confirmée par l’échec au référendum sur la régionalisation de 1969. Considérant que le peuple ne le soutient plus, il démissionne en 1969.

CONCLUSION : Les institutions et la ligne d’indépendance de la politique extérieure française sont des acquis politiques des années de Gaulle. Ces deux fondements ont donné une certaine idée de la grandeur française et seront reprises par ses successeurs, même ses adversaires politiques (Mitterrand). L’héritage gaulliste est aujourd’hui très nostalgique dans une France qui doute de sa place dans le monde.